Zum Inhalt springen
des terroirs
des hommes
et leur savoir-faire
des signes d’excellence

Prises de position

Sous la raison sociale « Association suisse des AOP-IGP » existe une association au sens des articles 60 et suivants du Code civil, dont le siège est à Berne. Les  tâches de l’association sont les suivantes :

  •           la promotion de base et la défense des Appellations d'origine protégée (AOP) et des Indications géographiques protégées (IGP),
  •           la mise sur pied d’une stratégie de communication et de défense professionnelle pour la mise en valeur des AOP et des IGP,
  •           le financement et la coordination des mesures à prendre en matière de promotion de base et de défense professionnelle des AOP et IGP.
     

Paquet agricole 2018-22

Prise de position AOP-IGP sur certaines modifications d‘ordonnances

Schoggi-Gesetz

Nouvelle solution de soutien à l’exportation, 13.01.2017

Crise du lait

Stratégie du "lait vert", 24.06.2016

Prise de position sur les ordonnances de la PA2014-17, 15.05.2013

L'Association suisse des AOP-IGP prône la production et le positionnement des spécialités agricoles suisses de qualité comme produits naturels et sains, issus d'une agriculture durable et responsable. Cela implique la mise en œuvre d'une stratégie de communication qui différencie les produits concernés de leurs concurrents étrangers.

Prise de position sur les ordonnances de la PA2014-17

Postulat Géraldine Savary, 26.09.2013

L’Association des AOP-IGP a déposé en automne 2013 un postulat par sa Présidente Géraldine Savary priant le Conseil fédéral de présenter un rapport faisant état de l’activité des cantons et de la Confédération en matière de détection et de répression des fraudes dans le domaine des désignations protégées des produits agricoles telles que les AOP et les IGP.

Les fraudes sur les indications géographiques doivent être combattues

Le Parlement souhaite empêcher les abus en matière d'AOP et IGP. Suviant le Conseil National, le Conseil des Etats a accepté en décembre 2014 duex moitions à ce sujet. La première exige que les producteurs d'AOP et d'IGP ne puissent plus les produire dans les pays qui n'ont pas signé d'accord de reconnaissance mutuelle en faveur de ces produits, comme c'est le cas aujourd'hui avec l'UE et la Russie. La deuxième donne mandat au Conseil fédéral de négocier avec les Etats-Unis un accord de reconnaissance des produits bénéficiant d'une AOP ou IGP.