Zum Inhalt springen
des terroirs
des hommes
et leur savoir-faire
des signes d’excellence
Poire_a_Botzi_S_1.jpg
Poire_a_Botzi_S_2.jpg

Geografisches Gebiet

Die Zone umfasst den Kanton Freiburg bis zu einer Höhe von 900 Metern. Dazu gehören die Berner Enklaven Clavaleyres und Münchenwiler, und die Distrikte Avenches und Payerne sowie die Gemeinden Yvonand und Dompierre.

Herstellung

Die Poire à Botzi AOP stammt von einer lokalen, einzigartigen Birnensorte, der Büschelibirne. Die Sorte ist eher schwierig im Anbau, da sie sehr gerade wächst, und ihre Fruchtbildung anfällig und langsam ist. Das althergebrachte Knowhow der Obstbauern ist daher von grosser Wichtigkeit. Ein Team selektioniert die Zweige zur Fortpflanzung. Die Anbauart und die Form der Bäume kann frei gewählt werden, unterliegt jedoch auf alle Fälle den Regeln der Integrierten Produktion oder des Bio-Anbaus. Die Ernte findet zwischen anfangs August bis Mitte September statt. Die Farbe der Poire à Botzi AOP variiert zwischen Grün und Braun-Rot mit roten Backen. Der Duft ist harmonisch mit Noten von grünem Apfel oder frisch geschnittenem Gras, gärender oder reifer Frucht, mit kombiniert mit Noten von Gebranntem und Karamell. Ihr Geschmack ist ziemlich süss mit wenig Säure und leichter Bitterkeit. Weil sich die Poire à Botzi AOP nicht lange konservieren lässt, ist es notwendig, sie mit Zuckerwasser einzukochen.

Geschichte

Wahrscheinlich stammt die Poire à Botzi AOP aus Italien und wurde vor mehr als 300 Jahren von Söldnern der Päpstlichen Garde eingeführt. Der Name Poire à Botzi stammt aus dem Welschfreiburger Patois und bedeutet Büschel oder in Trauben, weil die Birnen büschelförmig wachsen. Die Poire à Botzi AOP wird mit dem traditionellen, üppigen Chilbi-Menü serviert, welches alljährlich nach dem Alpabzug aufgetischt wird. Die Birnen werden mit karamellisiertem Zucker gekocht und begleiten das Lamm-Gigot oder - Ragout. Die Poire à Botzi drohte mit der Tradition der ursprünglichen Obstgärten zu verschwinden. Sie konnte aber dank mehreren Initiativen erhalten werden.

Zone d'origine

L'aire de production de la «Poire à Botzi» comprend le canton de Fribourg jusqu'à une altitude de 900 mètres, les enclaves bernoises de Clavaleyres et Münchenwiler, les districts d'Avenches et de Payerne ainsi que les communes d'Yvonand et de Dompierre dans le canton de Vaud.

Le savoir-faire

La Poire à Botzi AOP est produite à partir d'une variété locale de poire, la Petite poire à grappe ou Büschelibirne, provenant d'une souche d'arbre unique. Cet arbre est plutôt difficile à cultiver car son port est très érigé, sa mise à fruit particulièrement délicate à maîtriser et longue, d'où l'importance du savoir-faire local des arboriculteurs. Un collège de sélectionneurs choisit et distribue les rameaux greffons de la Petite poire à grappe ou Büschelibirne. Les systèmes de culture ainsi que la forme des arbres sont libres mais en tous les cas suivant les directives de la production fruitière intégrée (PER) ou celles pour l'agriculture biologique (BIO). La récolte se fait de début août à mi-septembre. La teinte de la «Poire à Botzi» varie alors de vert à rouge-brun avec de jolies joues rouges. Son parfum est harmonieux avec la présence de notes vertes, de fruits fermentés ou mûrs en combinaison avec des notes cuites et caramélisées, son goût assez sucré, peu acide et légèrement amère. Comme la «Poire à Botzi» est un fruit qui ne se conserve pas très longtemps, il est nécessaire de la mettre en bocal dans un jus sucré pour être stérilisé.

L'histoire

La «Poire à Botzi» est probablement d'origine italienne et aurait été importée il a y plus de trois siècles par des soldats mercenaires au service de la Garde Pontificale. La dénomination «Poire à Botzi» vient du patois fribourgeois et indique que les poires poussent en « bouquets ». En effet, la Petite poire à grappe ou Büschelibirne pousse en grappes, elle n'aime pas être seule au bout de sa tige ! Elle est traditionnellement servie en automne lors de la Bénichon et de son gargantuesque menu de fête qui marque la fin de la désalpe en Gruyère et des récoltes en plaine. Elle est alors cuite dans du sucre caramélisé pour accompagner le rôti ou ragoût d'agneau. La culture de la «Poire à Botzi» a bien failli s'éteindre, principalement à cause de la disparition progressive du verger traditionnel. Mais grâce à d'heureuses initiatives, la variété a pu être préservée.

Commentaires
La «Poire à Botzi» peut être transformée en vin cuit, en poires séchées ou même être distillée.